Connexion CLUB MI
Mot de passe oublié ?
Vous êtes dans : Accueil » Actualités » Location meublée : Comment mettre fin à des anomalies réglementaires et fiscales ?

11 février 2017 0 commentaire(s)

Immobilier

Location meublée : Comment mettre fin à des anomalies réglementaires et fiscales ?

Crédit photo : www.cgedd.developpement-durable.gouv.fr

La mission d’évaluation de la politique publique relative au logement locatif meublé, décidée par le Premier ministre, a analysé le fonctionnement du marché de la location meublée et évalué son cadre réglementaire et fiscal. Les grandes lignes du rapport…

 

Le logement meublé constitue une part croissante du marché de la résidence principale locative

 

Depuis 1990, l’offre de logements meublés est en développement continu. Ce marché s’adresse à une demande croissante d’étudiants et de salariés en mobilité temporaire faisant, pour l’immense majorité, un choix volontaire en préférant une location meublée.


Les propriétaires s’orientent, vers ce type de location, attirés par la relative souplesse du cadre réglementaire de la location meublée, la recherche d’une rentabilité supérieure à celle d’une location nue et le souci d’une plus grande sécurité des rapports locatifs. On peut d’ailleurs observer un développement très rapide en zone urbaine et touristique d’une offre locative meublée de courte durée, dans un cadre réglementaire et fiscal insuffisamment respecté.


Ces constats conduisent la mission à conclure que le développement récent de la location meublée est la conséquence d’une demande croissante pour ce type de logement qui devrait s’accentuer au cours des prochaines décennies. Il importe donc de conserver à ce segment du marché locatif un cadre réglementaire stable.

 

La fiscalité n’est pas neutre dans l’arbitrage entre location nue et location meublée

 

La rentabilité après impôt de la location meublée est supérieure à celle de la location nue d’un même bien. L’écart entre les taux de rentabilité n’est toutefois pas de même ampleur selon le régime fiscal des revenus, ainsi : en régime micro, cet écart de taux de rentabilité interne au profit de la location meublée est compris entre 0,1 et 0,7 point de pourcentage ; en régime réel, la location meublée présente un surcroît de rentabilité annuelle compris selon les cas modélisés entre 0,6 et 2,1 points.


La pertinence de cette différence de traitement fiscal entre nu et meublé doit être appréciée au regard du coût qu’elle représente pour les finances publiques et de l’importance de l’argument fiscal pour les propriétaires. La mission s’est interrogée sur la pertinence de l’existence de deux régimes fiscaux tant du point de vue de l’intelligibilité du droit fiscal, de l’égalité devant l’impôt qu’en raison du manque à gagner fiscal qu’elle représente.


In fine, la mission considère qu’en dehors des aspects liés à la fiscalité, la problématique du marché locatif est moins une « concurrence » entre location nue et location meublée que le risque de voir une partie de l’offre de logements se détourner de la location à usage de résidence principale pour se consacrer à la location de courte durée à une clientèle touristique, en particulier dans les zones tendues et singulièrement à Paris.

 

Mettre fin à des anomalies réglementaires et fiscales

 

Il conviendrait d’évaluer l’impact de la loi ALUR sur le marché locatif en termes d’évolutions des parcs nu et meublé et de niveau des loyers. Sur le plan fiscal, il faudrait prendre un ensemble de mesures de correction des règles d’imposition des revenus locatifs, en supprimant le double avantage lié au traitement de l’amortissement dans le calcul de la plus-value en location meublée, en relevant le plafond du régime micro-foncier, en supprimant la cotisation foncière des entreprises sur la location meublée et en plafonnant le taux d’amortissement en régime réel.


S’agissant de la location meublée de courte durée, la mission recommande de rechercher une solution pour éviter les nuisances imposées à la copropriété, avec la création d’un devoir d’information des copropriétaires par le loueur de courte durée.

 

Garantir un développement équilibré de l’offre locative meublée

 

S’agissant des aspects réglementaires, la mission propose la création d’un « bail mobilité », bail de location meublée à titre de résidence principale, de durée comprise entre trois mois et un an, non renouvelable sauf à l’initiative du locataire, permettant à la fois l’affectation des pied-à-terre à cette activité et le logement d’étudiants et de salariés en mobilité.


S’agissant de la fiscalité des revenus locatifs, la mission préconise, afin de réduire le biais introduit par la fiscalité des revenus en faveur de la location meublée, de conserver un unique régime fiscal pour l’activité de location, tout en tenant compte des spécificités de la location meublée, en soumettant désormais les revenus de la location meublée à un régime foncier adapté.


Ainsi, les revenus de la location meublée inférieurs à un plafond révisé régulièrement bénéficieraient en régime micro d’un taux d’abattement de 40% s’appliquant à une assiette composée des seuls loyers. La cotisation foncière des entreprises sur la location meublée serait supprimée.


En régime réel, la déduction des revenus locatifs d’un amortissement du bien mis en location meublée serait restreinte aux seuls meubles. Les déficits constatés notamment à la suite de la réalisation de travaux seraient imputables sur l’ensemble des revenus du contribuable dans la limite du plafond actuellement prévu par le régime foncier.


Enfin, s’agissant de la location de courte durée, la mission recommande d’autoriser les règlements de copropriété à réguler, à l’unanimité, l’activité de location de courte durée. Il s’agit également de prévoir la télétransmission obligatoire à l’administration fiscale, par les intermédiaires de marché, des données de réservation et de loyers perçus par les utilisateurs de leurs services.


> Rapport n° 010267-01 (format pdf - 4.9 Mo - 09/02/2017)


Source : www.cgedd.developpement-durable.gouv.fr

I.D.

A LIRE SUR LE MEME SUJET

Pour déposer un commentaire vous devez être membre de Mon-Immeuble

Vous êtes déjà membre du CLUB MI ? Connectez-vous à votre espace membre
Vous n'êtes pas encore membre du CLUB MI ?
Découvrez les nombreux avantages de l'espace membre. Inscrivez vous au CLUB MI
Haut de page

Thèmes

INTERROGER NOS EXPERTS

Vous avez une question, un problème précis et particulier à soumettre à nos experts.


Réponse rapide 100% personnalisée

EVENEMENTS

PETITES ANNONCES

RADIO IMMO

FACEBOOK

TWITTER

AVANTAGES CLUB MI

Consultations gratuites

Le samedi de 9h à 12h (accueil café)

Durée : 20mn par consultation et par personne

Consultations délivrées par le cabinet d’avocats BKP & Associés

Lieu : 9 rue Lincoln 75008 PARIS (code porte fourni lors de la validation de l'inscription).

Prochaine date : Samedi 4 mars 2017

> Inscription en ligne - planning de la matinée

AGENDA

  • 27 février 2017

    5ème Forum de l’éco-rénovation en copropriété à Paris

    Voir l'événement
  • 4 mars 2017

    « Rencontres COPRO » : Consultation juridique gratuite du Samedi 4 mars 2017

    Voir l'événement
  • 11 mars 2017

    Matinée thématique du Samedi 11 mars 2017 : La mise en concurrence des contrats de syndic

    Voir l'événement
Tous les évènements
Proposer un évènement

NOUS JOINDRE

Vous rencontrez des difficultés à utiliser nos services, vous souhaitez contacter notre assistance en ligne ?

nous joindre

NEWSLETTER

Abonnez-vous gratuitement à la newsletter mon-immeuble

NOS PARTENAIRES

DONNEZ VOTRE AVIS

A votre avis, quelle est la meilleure saison pour acheter un bien immobilier ?







Tous les sondages

VIDEOS



La colocation

Me Pierre Bazaille, notaire et président de l'Institut Notarial de l'Immobilier

Toutes les vidéos

YOUTUBE

Vous êtes un particulier professionnel
Flux RSS

Recevez l'actualité de Mon-Immeuble directement sur votre ordinateur ou sur votre mobile en vous abonnant aux flux RSS.

Consultez tous nos Flux RSS
Partager Mon-Immeuble