Connexion CLUB MI
Mot de passe oublié ?
Vous êtes dans : Accueil » Analyses » Avis d'expert » Conseils pour analyser les prix avant un investissement locatif dans le neuf

13 avril 2017 0 commentaire(s)

Avis d'expert - Immobilier

Conseils pour analyser les prix avant un investissement locatif dans le neuf

Sommaire
Crédit photo : François Faure

La situation du bien a une incidence majeure sur le prix

Le prix d’un bien vendu neuf est identique pour un investissement locatif ou pour une occupation personnelle, ce qui n’est pas vrai pour un bien ancien vendu libre ou occupé. La situation du bien a une incidence majeure sur le prix. Le prix du m2 neuf est largement plus élevé que le m2 ancien vendu loué, même si les écarts de prix se réduisent jusqu’à 10% pour des appartements qualifiés selon l’expression Lyonnaise de « Bel ancien » et situés dans les meilleurs emplacements.


A budget égal, l’expérience montre, dans tous les cas, qu’il est préférable d’acheter un appartement ancien déjà loué avec un meilleur emplacement. Plus généralement les différences de prix au m2 entre neuf et occupé varient de 25 à 35% dans les capitales régionales. Là, se pose pour l’investisseur, la question de l’achat neuf pour louer ou de l’ancien déjà loué. La raison est simple et de bon sens, les meilleurs emplacements, plus prisés, sont plus rares et génèrent mécaniquement une demande plus forte. Ce déséquilibre entre offre et demande favorise la hausse des prix donc les perspectives de plus-value à terme.


Attention, au moment de la revente après les 10 ou 15 ans de détention, l’écart de prix entre neuf et ancien occupé aura-t-il disparu ?

La différence de prix au moment de l’achat est justifiée par différents arguments qui jouent en faveur du neuf (frais d’acquisition réduits, absence de travaux, … ). Dans dix ou quinze ans, ces arguments seront périmés, un bien acheté neuf fera partie des biens en revente, donc du marché de l’ancien. Les références de prix au moment de sa future évaluation seront les prix moyens du secteur. Le fait d’être récent ne sera pas forcément un argument valorisant face à un appartement ancien rénové dans un immeuble ravalé, par exemple.


Cette réalité a une conséquence majeure dans le choix de départ. Au moment de la revente, pour atteindre le prix d’achat, les prix de l’immobilier ancien devront avoir progressés du pourcentage d’écart constaté entre neuf et ancien occupé au moment de l’acquisition.


Prenons l’exemple de Lyon, un prix moyen au m2 d’environ 3100 € pour des appartements vendus loués et d’environ 4300 € dans le neuf, soit une différence de 32%. Par conséquent, c’est une augmentation des prix de l’ancien de 32% qui sera nécessaire, sur la durée de l’investissement, pour atteindre le prix d’acquisition dans le neuf !


Un indicateur utile qui ne trompe pas. Au moment de l’acquisition, plus l’écart de prix est réduit entre neuf et ancien, plus le risque est faible ! En revanche si l’écart dépasse les 35%, (constaté dans certains secteurs), on peut dire que la probabilité de ne pas retrouver son prix d’achat à la revente est élevée.


Qu’en est-il de l’avantage fiscal pour un bien neuf, permet-il de gommer la différence de prix constatée au départ ?

Si la totalité de l’économie d’impôt à réaliser dans la durée efface l’écart de prix entre le neuf et l’ancien occupé au moment de l’achat, il y a indéniablement un avantage fiscal. En revanche si l’économie d’impôt à réaliser ne couvre pas la différence de prix, on peut considérer que l’avantage n’est pas suffisant !


Acheter un bien neuf valeur 100, comparé à 70 pour un bien équivalent ancien vendu occupé, l’avantage fiscal doit permettre une économie d’impôts minimum de 30.


Le bon reflexe, avant de faire un investissement immobilier locatif, consiste à comparer le prix du m2 neuf à celui du m2 ancien vendu loué

Les économies d’impôts projetées, au moment de l’acquisition d’un bien neuf en vue de sa location, peuvent être de véritables miroirs aux alouettes.


Faire le choix d’investir dans l’immobilier ancien occupé permet d’aliéner le risque sur les prix et si le marché est à la hausse, profiter immédiatement des plus-values potentielles. Bonus supplémentaire, le bien est déjà loué, on connaît le montant du loyer et le taux de carence de loyer dans sa durée de détention par le vendeur.


www.labonnepierre.com



François Faure Associé fondateur de La Bonne Pierre

A LIRE SUR LE MEME SUJET

Pour déposer un commentaire vous devez être membre de Mon-Immeuble

Vous êtes déjà membre du CLUB MI ? Connectez-vous à votre espace membre
Vous n'êtes pas encore membre du CLUB MI ?
Découvrez les nombreux avantages de l'espace membre. Inscrivez vous au CLUB MI
Haut de page

Catégories

Thèmes

INTERROGER NOS EXPERTS

Vous avez une question, un problème précis et particulier à soumettre à nos experts.


Réponse rapide 100% personnalisée

EVENEMENTS

PETITES ANNONCES

RADIO IMMO

FACEBOOK

TWITTER

AVANTAGES CLUB MI

AGENDA

  • 16 mai 2017

    4e Conférence annuelle sur les outils financiers de la rénovation énergétique en copropriété

    Voir l'événement
Tous les évènements
Proposer un évènement

NOUS JOINDRE

Vous rencontrez des difficultés à utiliser nos services, vous souhaitez contacter notre assistance en ligne ?

nous joindre

NEWSLETTER

Abonnez-vous gratuitement à la newsletter mon-immeuble

NOS PARTENAIRES

DONNEZ VOTRE AVIS

Seriez-vous prêt à sous-louer votre appartement pour arrondir vos fins de mois ?






Tous les sondages

VIDEOS



Que faire en cas d'incendie domestique ?

Quels sont les bons gestes, les gestes à connaître en cas d'incendie ? Le 17 septembre dans le Val d'Oise, Kidde et le Bureau Enquête Incendie organisaient avec les pompiers du Fort de Domont une journée pédagogique de sensibilisation aux incendies domestiques.

Toutes les vidéos

YOUTUBE

Vous êtes un particulier professionnel
Flux RSS

Recevez l'actualité de Mon-Immeuble directement sur votre ordinateur ou sur votre mobile en vous abonnant aux flux RSS.

Consultez tous nos Flux RSS
Partager Mon-Immeuble